23 Oct 2006

13 Oct 2006

Suite logique de la taupe éffrontée


Devenir le monde des nations, la trame qui palpe le jeux dans le creux des chemins.

Au matin naissant, les jarres de vins brisées gisaient sur la chaussée. Les autos baignaient dans du jus de justice. Décontenancé par le parfum des humbles humidités du nouveau jour, l'élève parfait parsême des poignées de grains d'orges dans cette soupe de santé et d'espoir Francais.

Une compagnie de déménageurs rassemblent des meubles, édifiant un stand de foire vers d'utile déplacements bien calculés.

Dans le sens de la journée éffective, feignant l'épuisement, les hommes se rassemblent dans les étagères, prêt a débaler des sujets de conversations du troisième souffle.

Les oiseaux mangent les graines, mais sont soûlés par l'alcool déversé, alors ils volent mal et se tuent en fracassant les carreaux des bureaux de “La Cité Prodigue De La Disparition Du Dernier Barbier Apache”. Je me brise.

Je me derobe contre la parole et cherche un vol de dernière minute vers la construction d'un nouveau jour logique et souterrain.